Club Vosgien Giromagny
Adhérents connectez vous

MOF20201017

Cliquer sur l'image pour ouvrir les fiches correspondantes

MO: debriefing suite au test sur le terrain du 11/10

Séance du 17 octobre 2020

Nature de la séance

Debriefing suite au test d'orientation sur le terrain du 11 octobre

Formateur

Claude ALBRECHT

Lieu

Communauté de Communes des Vosges du Sud - CCVS

Nombre de participants

14

Commentaires

3 heures

Le test du 11 octobre sur le terrain est passé

Chaque équipe a trouvé les 10 balises avec plus ou moins de compétence ou de chance.
Comme tout debriefing bien mené - pendant trois heures, de 9h00 à 12h00 -  les participants ont saisi la mesure de leur manque d’expérience. On se croyait bon, mais pas suffisamment, semble-t-il…

Aussi, de l’avis général, consolider les bases de l’orientation est la priorité pour améliorer les résultats. Une séance d’exercices comme « faire une visée, reporter un azimut sur la carte…» et s’orienter sur le terrain sera donc prévue dès que possible.

Dès la fin du debriefing, chacun repart donc à ses occupations.

Et le croirez-vous, sans se douter de ce qui les attendait à 14h30, deux accros de l’orientation ont eu la surprise de plonger à nouveau dans le monde des azimutés, leur confirmant - au fil des mots d’une dictée - que la boussole n’est pas un vulgaire gadget, mais un vrai outil réservé aux connaisseurs, et pas n’importent lesquels !

3ième dictée de la Communauté de Communes des Vosges du Sud - au Foyer Rural de Rougemont le Château.

Texte proposé par Philippe DESSOULIERS de BELF'ORTHO

Le secret de la licorne
Au petit matin, le chevalier avait quitté son château fort au grand galop. Il désirait, pour acquérir l’amour de sa mie, lui offrir une merveille qu’aucun héros de l’Antiquité n’avait trouvée, plus précieuse encore que la Toison d’or : une licorne ! Il avait lu dans des grimoires empoussiérés que ces animaux fabuleux se cachaient dans des marécages pestilentiels, au-delà de la grande muraille de gneiss – rempart presque infranchissable. En effet, nulle harpie, nulle chimère, nul griffon ne pouvait franchir cet obstacle de roche là. Et, si parvenir dans cette région sépulcrale s’avérait des plus ardu, la quitter se révélait quasi impossible, car une brume perpétuelle aux exhalaisons méphitiques étreignait tous pèlerins et faisait perdre leur orientation. Mais le valeureux aventurier avait emporté une étrange chose, appelée « boussole », qu’un mage lui avait échangée contre deux rémiges acajou d’un hippogriffe. L’aiguille de cette espèce de compas – une griffe de dahu – pointait toujours vers le nord. Aussi ne risquait-il pas d’être à l’ouest !
Quand, après force efforts, il atteignit les paludes tant redoutés, il mit pied à terre. De lourds paquets d’une boue marronnasse adhéraient à ses bottes de cuir et à ses hauts-de-chausse(s) de basane. Il progressait pesamment et prudemment parmi les massettes qui, oscillant sous la bise, sifflaient comme les syrinx dont Pan joue. Soudain, un hurlement rageur résonna au sein des frimas. Une énorme bête à l’apparence de ptérodactyle géant s’approcha. Elle portait des écailles gorge-de-
pigeon. Sa longue queue fouettait l’air et de sa gueule sortait une épaisse fumée âcre et corrosive. Un dragon ! Alors, aussi rapide que le naja se jetant sur sa proie, le preux homme sortit son estramaçon du fourreau à la bouterolle* finement décorée et y plongea la pointe, qu’il avait imprégnée de curare, pile-poil dans l’œil globuleux de la tarasque. Le bestiau se tordit de douleur et s’effondra bientôt dans un dernier râle. Et ô stupéfaction : la dépouille se transforma en un majestueux équidé à la robe blanc immaculé ! De son chanfrein émergea une protubérance de kératine : une corne éburnéenne !
Ainsi le mystère avait-il été... percé : il fallait occire un dragon pour qu’il renaquît, tel un phénix, en licorne.


© 2020 Philippe Dessouliers @dessouliers www.belfortho.fr
Texte révisé par Paul Levart et Daniel Malot, spécialistes de la langue française.

* Nouvelle orthographe : bouterole.

Les ouvrages de référence sont : pour l’orthographe et la prononciation, le Petit Larousse illustré 2020 et le Petit Robert 2020 ; pour la grammaire, le Dictionnaire des difficultés de la langue française par Adolphe V. Thomas (Larousse).

Plus aucun doute dorénavant – qu’on se le dise - LA BOUSSOLE est l’instrument incontournable de survie, permettant de se sortir de situations compliquées et à priori sans issue, à condition de bien l’apprivoiser.

On se croyait un peu ringard au CVG d’en parler, même avec un brin d’humour, mais que nenni, c’est à la mode depuis la nuit des temps!